Animopharma

La maladie de Lyme chez le chien et le chat

La maladie de Lyme chez le chien et le chat

La maladie de Lyme chez le chien et le chat

La maladie de Lyme ou borréliose est une maladie commune à l’homme, au chien et plus rarement au chat. C’est une infection bactérienne transmise par les tiques qui peut provoquer des troubles à court terme et long terme. Une bonne raison d’y penser sans la voir partout avec 27000 cas par an en France sur l’homme notamment !

Quelle est son origine ?

La maladie est due à Borrelia burgdorferi, une bactérie transmise par les tiques. Cette maladie sévit essentiellement dans les zones du Nord et de l’Est de la France à l’exception du littoral méditerranéen et en montagne. Tous les chiens infectés ne déclarent pas de symptômes. Borrelia est très implantée dans les forêts en raison de la présence de cervidés qui lui servent aussi de réservoirs. C’est pourquoi les chiens de chasse et les promenades en forêts pour l’homme sont des facteurs favorables pour développer la maladie. L’automne et le printemps sont des périodes à risque.

Quels sont les animaux touchés ?

Le chat est moins touché que le chien car il pratique toute la journée une toilette rigoureuse avec sa langue râpeuse et il lui est donc plus facile de déloger une tique dans son pelage à l’exception des zones du coup. La maladie de Lyme est donc rare chez le chat !

Quels sont les signes de la maladie ?

Les symptômes peuvent survenir jusqu’à plusieurs mois après la piqûre infectante, ce qui explique qu’on observe cette maladie même hors des périodes d’activité des tiques.

Les signes cliniques de la maladie sont très variés :

  • De la fièvre, souvent présente, accompagnée des signes habituels (abattement, anorexie, respiration haletante plus ou moins marqués, la présence de ganglions)
  • Des douleurs musculaires et articulaires, ce qui entraîne des boiteries ou des difficultés dese déplacement. L’articulation est alors rouge, chaude et inflammatoire pendant quelques jours.
  • Ces crises sont fréquemment intermittentes et peuvent être modérées (selon le seuil de réactivité du chien à la douleur et l’attention de ses propriétaires), ce qui fait que les propriétaires de chiens ne consultent pas forcément un vétérinaire au début, car le chien va mieux après quelques jours.
  • La maladie de Lyme peut alors continuer d’évoluer à bas bruits et se déclarer sous forme chronique avec des atteintes cardiaques, rénales et neurologiques.
  • Il n’y a pas forcément de signes extérieurs évidents de ces atteintes organiques et seul un examen rapproché et des analyses de laboratoires permettent de les détecter.

Beaucoup de chiens peuvent être infestés sans présenter aucun symptôme et ne déclareront jamais la maladie.

Le diagnostic de la maladie

Il est basé sur l’épidémiologie (situation géographique, exposition aux piqûres de tiques) et sur les signes cliniques (fièvres récurrentes, douleurs articulaires). Mais il existe de très nombreuses maladies avec les mêmes signes cliniques.

Une sérologie est possible avec la recherche d’anticorps dans le sang qui n’est pas toujours synonyme d’infection car le chien a pu être en contact avec la bactérie sans pour autant développer la maladie. On fait donc généralement une deuxième prise de sang pour confirmer le diagnostic deux semaines plus tard. Enfin, la réponse rapide au traitement antibiotique est un élément du diagnostic.

Un traitement, dans le doute, après interrogatoire et examen clinique, peut être instauré par le vétérinaire à base d’antibiotiques sur de longues semaines et des anti-inflammatoires. Il faudra surveiller que le chien, piqué par une tique ne soit atteint d’une autre affection comme la piroplasmose, l’hépatozoonose ou l’ehrlichiose.

Comment se prémunir de cette maladie ?

La meilleure prévention repose sur le traitement préventif contre les tiques, notamment sur les chiens à risque mais aussi sur l’examen de l’animal à son retour de balade. Il faut toujours enlever la tique sur l’animal. Il existe également un vaccin pour les chiens risquant de contracter cette maladie à partir de la douzième semaine d’âge avec deux injections à 4 semaines d’intervalle et un rappel annuel.

Et l’homme ?

Il n’existe pas de transmission de la maladie de Lyme de l’animal sur l’homme. Les personnes les plus exposés (travailleurs en forêt, randonneurs) sont les plus touchés. La maladie de Lyme survient à la suite d’une morsure de tique infectée par Borrelia. Les principaux signes sont un halo rouge sur la peau non douloureux qui disparaît en quelques semaines. L’infection peut donner d’autres rougeurs sur le corps, douleurs et inflammations articulaires, des maux de tête, une paralysie faciale… des troubles du rythme cardiaque ou une infection oculaire. En l’absence de traitement antibiotique et antiinflammatoire, la maladie peut évoluer vers la chronicité.

LES CONSEILS DE NOTRE SPECIALISTE

  • Plus l’animal vit à l’extérieur, plus il risque d’être en contact de tiques et donc de la bactérie Borrelia. Il faut systématiquement enlever la tique de l’animal car plus il est piqué par des tiques avec repas sanguins plus le risque de contamination par Borrelia est important.
  • Faire une inspection générale de l’homme et de l’animal après un retour de balade.
  • Equipez-vous d’un crochet anti-tiques
  • Utilisez des répulsifs chez l’homme et antiparasitaires externes sur l’animal
  • Dépister et prévenir la maladie de Lyme en utilisant DIAGNOS’TIQUE BEAPHAR
Add Your Comment